Bijoux : quand les civilisations et les âges se rejoignent

Si elles divergent par leurs caractéristiques, les cultures humaines ont néanmoins quelques éléments communs qui les rapprochent.

Parmi ceux-ci l’on retrouve incontestablement l’utilisation de bijoux. Les hommes ont toujours eu recours à ces ornements pour diverses raisons : esthétique, sociale, magico-religieuse, etc. Cet article propose une petite histoire des bijoux dans le temps et l’espace.

Tout commence dans la préhistoire

Grâce à plusieurs fouilles archéologiques et la datation carbone on sait aujourd’hui que l’usage d’ornements corporels dans les sociétés humains avait déjà cours dans la préhistoire, plus précisément au paléolithique. Cette période, qui s’achève il y a 11 700 ans avec la fin de la dernière période glaciaire, se caractérise par l’apparition des premiers outils lithiques (ensemble d’objets en pierres transformés intentionnellement par les hommes). On retrouve notamment des coquillages polies datées de 75 000 ans dans l’Algérie actuelle. Toutes les parures étaient soient en coquillage ou en dents animales. Les dents les plus utilisées étaient les canines chez les carnivores et les incisives chez les herbivores. Pour ce qui concerne les coquillages, elles provenaient d’espèces vivantes mais et de gisements fossiles. Les hommes ont ensuite diversifiés leurs ornements grâce à des techniques de plus en plus sophistiquées. On retrouve ainsi au néolithique des parures fabriquées avec des bois de cervidés, l’os, l’ivoire et des minéraux comme le calcaire ou le lignite. Parallèlement, on étend ces parures à des surfaces comme les bras, les jambes ou que la tête ou des perçages d’oreilles des fines aiguilles ont été retrouvé grâce à des fouilles en Arménie.

L’Antiquité, une époque charnière

Dans l’Antiquité (de 3300-3200 av. J.-C. à 476 ap. J.-C.), les techniques d’orfèvrerie vont encore se développer avec l’apparition du métal, dont l’or. II existe alors une grande variété de parures dans toute l’Europe surtout chez les Scythes et les Celtes. Les premiers ont développé la technique de la fonte à cire. Leurs bijoux avaient déjà une apparence stylisée, ce qui facilitait la confection d’objets et de tenues d’apparats. Quant aux Celtes, ils avaient une connaissance très poussée de l’orfèvrerie visible à travers leurs colliers de pierres précieuses, leurs anneaux de verre notamment. Ces ornements pouvaient être en or, corail ou en émail fabriqué artificiellement. L’Afrique n’est pas ne reste. En Égypte, principalement, l’argent et l’or était beaucoup utilisés car associés aux divinités. Les Égyptiens maitrisaient parfaitement la taille de pierre et de la faïence. En Afrique subsaharienne aussi de très nombreux peuples pratiquaient déjà de la bijouterie, dont ceux d’Afrique de l’Ouest. Citons par exemple les tribus du littoral, les Peuls et les Mandingues qui portaient des boucles d’oreilles et des colliers en or.

Douce transition du Moyen-âge au XIXe siècle

Au cours de cette période, les techniques se sont encore perfectionnées. Ce qui a permis de fabriquer des bijoux plus raffinés. Le Moyen-âge est particulièrement marqué par le travail de l’or et de l’émail. A la Renaissance, l’on assiste en Europe à une redécouverte de certaines techniques et bijoux de l’gréco-romain. Au XIXe siècle, la révolution industrielle va permettre de démocratiser l’accès aux bijoux grâce à la production en série. On note parallèlement, l’utilisation de nouveaux matériaux tels que de l’ivoire, l’écaille, les pierres semi-précieuses, etc. Au début du XXe siècle, les bijoux deviennent plus stylisés. On note surtout l’engouement pour le style égyptien, après la découverte du tombeau de Toutankhamon en 1922. Cette période a connu l’arrivée de métaux innovateurs tels que l’acier, l’aluminium et le platine.

La florissante époque moderne

De 1930 à nos jours, les bijoux font partie de la vie quotidienne. Tout le monde peut s’en acheter de tous les styles et tous les goûts, et à bas prix. Du côté des matières, les bijoutiers ont introduit des matériaux tels que l’argent et le diamant, tout en se servant davantage de l’or, du verre et d’autres pierres précieuses (zircon, émeraude, saphir, rubis, etc.). Ces dernières années, l’écologie s’est invitée dans le secteur de la bijouterie-joaillerie. D’où le recours aux matières comme le bois et le papier. Mais, la qualité et l’esthétique restent les maîtres mots des fabricants et des revendeurs comme les boutiques en ligne.

Une large gamme de bijoux de nos jours, notre boutique BijouxMarket.fr, proposent une vitrine avec une large gamme d’accessoires de bijoux. On peut trouver des bijoux de tête et de chevelure (couronne, diadème, etc.), des bijoux de bras (anneau, bague, alliance, chevalière, bracelet, gourmette, montre, etc.) et des bijoux de coup et buste (collier, sautoir, pendentif, pince à cravate, etc.). Il y a aussi des bijoux de taille et de pieds (bracelets de cheville, boucle de ceinture, etc.), ainsi que des bijoux d’oreilles (boucles d’oreilles créoles, pendantes, les breloques, les dormeuses…), de nez et de bouches (piercings). Ajoutons à cette liste des bijoux de corps féminins tels que le string strass, la culotte en cristal transparent ou le strass décolleté. Les bijoux de taille et de pieds font également partie de cette catégorie. Ces joyaux hyper sexy ajoutent de la sensualité à la tenue d’une femme.

| Boucle d'Oreille - Bague - Bracelet Homme - Collier - Boucle Créole - Clous - Bague Homme - Bijou Ethnique - Montre Femme - Montre Homme - Montre Bois - Bijoux Corps - Ras de Cou -Boucle Pendante - Boite à Bijou - Lunettes Soleil Papillon |

Ignorer